Sommaire général

Machines synchrones

VI. Modèle de la réactance synchrone

2. Établissement du modèle

a. Modélisation de la réaction magnétique de l'induit

Hypothèse : la machine est à pôles lisses et n’est pas saturée.

Conséquences : le flux du à la réaction magnétique de l’induit est indépendant de la position du rotor et est proportionnel à l’intensité des courants statoriques.

Les nombres complexes associés à l’intensité `ul I` circulant dans un enroulement statorique et au flux `ul Phi_I` à travers ce même enroulement ont même argument, les vecteurs associés sont colinéaires et de même sens. Le coefficient de proportionnalité est noté `L`, d’où la relation : `ul Phi_I = L ul I` avec `L` en henrys (H).

L’inductance `L` traduit l’influence des trois enroulements du stator sur le flux à travers chacun des enroulements : c’est une inductance cyclique.